Recevez une
documentation
par courrier

Bourse : premier semestre 2019 record sur les marchés financiers

Le CAC 40 a signé son meilleur premier semestre depuis 1998. Les indices américains atteignent également des records.

Achevé de rédiger le 11/07/2019

Du jamais vu depuis le siècle dernier, tout simplement. En achevant les six premiers mois de l’année à 5.539,97 points le 28 juin 2019, le CAC 40 a signé son meilleur premier semestre (+17,09%) depuis 1998. Un beau rebond après une année 2018 particulièrement difficile pour l’indice parisien (-10,95%) et l’ensemble des places boursières internationales.

L’embellie observée sur les marchés français mais aussi européens et américains a de quoi surprendre. De nombreux facteurs d’inquiétude qui ont pesé sur le dernier exercice continuent de planer sur les places boursières, dont :

  • Les tensions commerciales, en particulier entre la Chine et les Etats-Unis ;
  • Les risques politiques, tels le Brexit ou le cas italien ;
  • L’anticipation d’un ralentissement de la croissance américaine ;
  • La montée des risques dans le Golfe Persique, faisant craindre une réaction des cours du pétrole.

Important/Avertissement

L'investissement sur les marchés financiers présente un risque de perte en capital. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Des records…

  • CAC 40

Sept valeurs ont enregistré des progressions supérieures à 30%, avec notamment de beaux succès dans les secteurs du luxe et technologique :

  • Airbus (+48,5%) ;
  • LVMH (+44,9%) ;
  • Atos (+35,2%) ;
  • Dassault Systèmes (+35,2%) ;
  • Schneider Electric (+33,5%) ;
  • Hermès International (+30,8%) ;
  • Legrand (+30,4%).

A l’inverse, seules cinq valeurs du CAC 40 ont subi une baisse de cours sur la première partie de 2019 :

  • Société Générale (-20,1%) ;
  • ArcelorMittal (-13,25%) ;
  • Publicis (-7,3%) ;
  • Unibail-Rodamco (-2,7%) ;
  • Orange (-2%).

Pour débuter le second semestre, le CAC 40 a passé la barre des 5.600 points le 3 juillet pour atteindre son plus haut annuel.

A savoir : L’indice des petites et moyennes valeurs boursières de la place parisienne, le CAC Mid & Small Caps, a pour sa part engrangé 14,41% au premier semestre.
  • Wall Street

Malgré les éléments contraires, les principaux indices américains ont enregistré de nettes progressions sur le premier semestre :

  • +17,3% pour le S&P 500, meilleure progression sur un semestre depuis 1997 ;
  • +14,02% pour le Dow Jones ;
  • +20,66% pour le Nasdaq.

En entame de second semestre, les trois indices américains ont battu leurs records, portés notamment par l’anticipation d’une baisse des taux par la Réserve fédérale à la fin du mois de juillet. Le S&P 500 a ainsi passé la barre des 3.000 points pour la première fois de son histoire mercredi 10 juillet.

… et des questions pour la suite

En dépit de ces performances remarquables, l’Autorité des marchés financiers (AMF) estime qu’une correction prochaine pourrait intervenir.

Le gendarme boursier pointe notamment :

  • Les valorisations des actifs financiers, « toujours à des niveaux élevés » ;
  • Une possible « révision à la hausse de la prime de risque » des actifs, qui déstabiliserait les marchés ;
  • La crainte d’un resserrement des politiques monétaires des banques centrales, qui avait contribué à la forte correction observée fin 2018 ;
  • L’endettement en hausse des acteurs publics et privés, « source de vulnérabilité » des marchés.

Pour sa part, François-Xavier Chauchat, économiste et membre du comité d’investissement de Dorval Asset Management, ne s’attend pas « à une correction aussi importante qu’en 2018 ». Il prévient toutefois que la maturité du cycle économique et la force des risques politiques (tensions Chine/USA, perspective d’un Brexit dur) n’accréditent pas l’idée d’un marché fortement haussier au second semestre.

mes-placements.fr

Les actualités de l'épargne et du patrimoine

Découvrez les dernières actualités