Recevez une
documentation
par courrier

5 conseils pour vous constituer une épargne de précaution

Disposer d’une épargne de précaution mobilisable en cas de coup dur est indispensable. Vient ensuite l’épargne destinée à vos projets d’avenir.

Achevé de rédiger le 03/06/2019

Le taux d’épargne des Français est un des plus élevés d’Europe. Pour une majorité d’épargnants, il s’agit avant tout de disposer d’un matelas de sécurité récupérable en cas d’imprévus. Toutefois, les placements sécurisés et liquides adaptés à cet objectif offrent des rendements très maigres. Votre épargne de précaution constituée, vous avez intérêt à vous diversifier sur des placements plus rémunérateurs dans la durée.

Épargne de précaution : qu’est-ce que c’est ?

Une épargne bien ordonnée s’organise autour de trois axes : vos besoins à court terme, à moyen terme et à long terme.

  • L’épargne de précaution est l’argent à mettre de côté pour faire face aux imprévus, aux coups durs pouvant arriver n’importe quand.
  • Viennent ensuite les réserves destinées à vos projets d’avenir. De l’argent non consommé devant servir à acheter votre premier logement, à partir en voyage ou à financer les études de vos enfants.
  • Votre épargne à long terme, enfin, est celle vous permettant de vous constituer un joli pécule au fil des ans, à utiliser à l’heure de la retraite ou à transmettre à vos descendants.

Disposer d’une épargne de précaution vous permet de ne pas avoir à puiser dans celle destinée à vos autres projets en cas de problème. Cela vous évite d’avoir à piocher dans votre épargne à moyen ou long terme au pire moment, c’est-à-dire lorsque les supports dans lesquels elle est investie sont en baisse.

Épargne de précaution : combien faut-il mettre de côté ?

Tout dépend de votre situation financière et des difficultés auxquelles vous souhaitez pouvoir faire face avec votre épargne de précaution. En général, les banques recommandent d’économiser entre 3 mois et 6 mois de revenus pour faire face aux imprévus. D’autres conseillent plutôt d’économiser un dixième de ses ressources par mois, soit 200 € si vous gagnez 2 000 € par exemple.

Il est possible de vous constituer cette épargne sans trop entamer votre pouvoir d’achat en mettant en place un versement programmé sur le placement que vous avez choisi, de 50 €, 100 € ou 200 € par mois selon vos moyens. Vous atteignez ainsi votre objectif en deux à trois ans en épargnant régulièrement. Rien ne vous interdit de suspendre provisoirement vos versements en cas de difficultés financières.

Si votre budget est serré, ou si vous ne souhaitez pas vous contraindre à épargner de manière périodique, optez plutôt pour des versements libres. N’oubliez pas d’alimenter votre placement dès que vous le pouvez, si vous recevez une prime ou une petite donation par exemple. A défaut, vous risquez de ne pas avoir les fonds nécessaires lorsque vous en aurez besoin.

Épargne de précaution : quels placements privilégier ?

Votre épargne de précaution doit être récupérable à tout moment. Vous devez donc la placer sur un placement liquide et sécurisé, c’est-à-dire un placement à capital garanti ne vous faisant courir aucun risque de perte, et disponible afin que vous puissiez récupérer votre mise quand vous le voulez. Mieux vaut également choisir un placement peu gourmand en frais et en impôts, car les placements sécurisés rapportent aujourd’hui moins que l’inflation.

Ouvrez des livrets d’épargne type livret A et livret de développement durable et solidaire (LDDS), ou livret d’épargne populaire (LEP). Défiscalisés et sans frais, ils peuvent être alimentés à votre rythme et l’Etat garantit l’argent placé. Ils sont assortis de plafonds de versements. Toutefois, en les cumulant, vous pouvez largement y loger votre épargne de précaution. Peu importe le niveau de vos revenus.

Epargne de précaution : quand et comment épargner ?

Vous avez intérêt à épargner le plus tôt possible. Cela vous permet d’allonger votre horizon de placement, et donc de lisser votre effort d’épargne sur une durée plus longue. De plus, vous pouvez diversifier vos avoirs sur des placements potentiellement plus rémunérateurs, et ainsi mieux les valoriser dans la durée.

Vous avez également intérêt à épargner de manière régulière plutôt qu’au coup par coup. Là encore, cela rendra votre effort d’épargne plus indolore. Vous aurez aussi plus de chances d’atteindre l’objectif d’épargne que vous êtes fixé. Autre avantage, non négligeable : mettre régulièrement de l’argent de côté témoigne de votre capacité à gérer votre budget. Le jour où vous irez voir votre banquier pour négocier un emprunt, il sera plus enclin à vous l’accorder car il estimera que vous serez en mesure de faire face à vos échéances de remboursement sans difficultés.

Épargne de précaution : Et après ?

L’épargne de précaution n’est que la première étape de votre stratégie patrimoniale. Ce socle constitué, il est temps de regarder un peu plus loin, si votre capacité d’épargne vous le permet. Le placement à privilégier pour loger l’épargne destinée à vos projets de vie dépend de deux facteurs : votre horizon de placement (projets à moyen ou long terme) et votre profit d’épargnant (prudent, stratège, audacieux).

Si vous êtes allergique au risque, privilégiez les livrets bancaires, les comptes à terme et les Sicav monétaires pour vos projets à moyen terme (3 à 5 ans), et l’assurance-vie ou l’épargne retraite en euros pour vos projets plus lointains. Si vous êtes client d’une banque mutualiste (Crédit Agricole ou Crédit Mutuel, par exemple), vous pouvez aussi souscrire leurs parts sociales dans une optique de moyen ou long terme. Renseignez-vous tout de même sur leurs conditions de revente avant d’investir.

Si vous êtes plus stratège ou audacieux, intéressez-vous aux obligations, aux Sicav ou FCP diversifiés et aux organismes de placement collectif en immobilier (OPCI) pour le moyen terme. Pariez aussi sur les produits d’actions (sicav actions, fonds offensifs, trackers, ; etc.) et l’immobilier de rendement (investissement locatif, parts de sociétés civiles de placement immobilier) pour le long terme.

L’essentiel à retenir

Se constituer une épargne de précaution permet de pouvoir faire face à vos dépenses imprévues.

  • L’épargne de précaution doit représenter 3 à 6 mois de revenus.
  • L’épargne de précaution doit être placée sur des placements disponibles et sans risques.
  • Il est préférable d’épargner de manière régulière plutôt qu’au coup par coup.
  • Une épargne supplémentaire est nécessaire pour vos projets à moyen ou long terme

 Découvrez notre assurance-vie sans frais d'entrée

mes-placements.fr

Les actualités de l'épargne et du patrimoine

Découvrez les dernières actualités