Recevez une
documentation
par courrier

François Gerber (Vatel Capital) « 250 entrepreneurs Corses avec lesquels nous sommes susceptibles de travailler »

L'associé de Vatel Capital explique le fonctionnement des FIP corses, véhicules d'investissement ouvrant droit à une réduction d’impôt sur le revenu.

Achevé de rédiger le 04/12/2018

Portée par le secteur du tourisme, l’économie corse se développe à un rythme soutenu. 6 compagnies aériennes desservent aujourd’hui l’île de Beauté, contre une seule il y a 10 ans. Cette activité est malheureusement freinée par une offre de financement bancaire limitée. En réponse, l’État a favorisé l’émergence de fonds d’investissement de proximité (FIP) dédiés à la Corse, permettant aux épargnants de soutenir cette économie régionale tout en bénéficiant d’une réduction d’impôt sur le revenu de 38 % contre 18% pour les FIP/FCPI classiques (en contrepartie d’un risque de perte en capital). François Gerber, associé chez Vatel Capital et pionnier de l’investissement en Corse, décrypte pour nous leur fonctionnement.  

mes-placements.fr. Pouvez-vous nous présenter Vatel Capital en quelques mots ?

François Gerber. Vatel Capital est une société de gestion de portefeuille indépendante qui vient de fêter ses 10 ans. Nous gérons près de 400 millions d’euros, venant principalement de nos FIP corses. Sur ce marché, nous sommes d’ailleurs le leader en France si l’on prend en compte le nombre d’entreprises financées et la taille des fonds gérés. Nous proposons également des FCPI et des fonds à vocation générale (Vatel Flexible).

mes-placements.fr. Quels profils d’entreprises accompagnez-vous dans le cadre de vos FIP corses ?

François Gerber. Nous apprécions les entreprises familiales, présentes dans des activités traditionnelles. C’est un gage de pérennité. À vrai dire, nous recherchons moins des entreprises que des entrepreneurs. C’est la fiabilité et la maturité de l’entrepreneur qui va être le critère déterminant de notre investissement. Notre métier est de tisser un lien de confiance avec eux. Lorsque c’est le cas, nous pouvons les suivre sur différents projets. Sur les 1 000 dirigeants et entrepreneurs corses, il y en a 250 avec lesquels nous sommes susceptibles de travailler.

mes-placements.fr. L’économie de la Corse est dynamique, malgré d’évidentes contraintes géographiques. Quelles sont vos méthodes pour découvrir les sociétés les plus performantes ?

François Gerber. La Corse est une île avec des microrégions où tout le monde se connait. Notre historique est un atout majeur. Le bouche à oreille est ce qui fonctionne le mieux. Une partie des entreprises nous sont présentées par les entrepreneurs avec qui nous travaillons déjà. L’autre partie nous sollicitent directement.

La perception des entreprises concernant l’activité des fonds d’investissement : « Cela pouvait intriguer il y a quelques années, mais aujourd’hui ce n’est plus le cas. S’associer avec un fonds comme nous est comparable à un mariage à durée déterminée : les conditions de sorties sont prévues dès le départ. Nous sommes vus comme un facilitateur de business plutôt qu’une source de pression. »

mes-placements.fr. Comment limitez-vous le risque adossé à ce type d’investissement ?

François Gerber. 4 stratégies le permettent :

mes-placements.fr. La croissance de l’ile est tirée par des secteurs comme le tourisme ou l’agroalimentaire. Ciblez-vous des domaines de l’économie en particulier ? Ou préférez-vous agir sans contraintes sectorielles ?

François Gerber. 60 % du PIB marchand Corse est généré par le secteur du tourisme. C’est impossible de ne pas en tenir compte. Cela ne serait pas sain, ni réaliste. Nous apprécions aussi les secteurs de la santé ou des services aux entreprises car ils permettent de réduire la saisonnalité de l’activité des entreprises du fonds. Mais la réalité est très claire : le tourisme restera toujours le secteur le plus représenté.

Un exemple de société accompagnée par Vatel Capital : « L’Olivier Bleu, un groupe qui construit et gère des Ehpad ainsi que des résidences seniors. Nous les avons accompagnés dans la construction d’établissements à Sarrola et à Ajaccio puis lors d’extensions de plusieurs résidences. Au total ce sont 6 projets qui ont été financés pour des montants allant de 1 à 6 M€. Ces investissements ont permis la création de plus de 200 emplois. »

mes-placements.fr. Comment se comportent les FIP Corse que vous avez lancé précédemment ? Quelles sont les performances de vos premiers millésimes ?

François Gerber. Au total, nous avons financé 80 sociétés. 3 ont connu un dépôt de bilan, le dernier il y a 5 ans. Ces incidents ont uniquement concerné les 2 premiers millésimes et nous en sommes aujourd'hui au 11ème fonds. Ce taux de défaut est, par ailleurs inférieur au taux de défaut moyen en Corse, lui-même moins important que le taux pour la France métropolitaine.

Concernant nos 3 premiers fonds arrivant à échéance :

À ce jour, les investisseurs positionnés sur ces 3 fonds sont largement gagnants (hors avantage fiscal).


Pour aller plus loin


mes-placements.fr. Quels conseils donneriez-vous aux épargnants qui souhaiteraient investir dans un FIP Corse ?

François Gerber. 2 conseils pour sécuriser et maîtriser les risques de votre investissement :
  • diversifiez vos versements sur plusieurs années, plusieurs millésimes ;
  • investissez dans un FIP géré par un acteur important et dynamique, comme Vatel Capital. Cela vous permettra d’accéder aux dossiers de meilleure qualité.


                                                                    Pour découvrir le FIP Corse Kallisté Capital N°11

mes-placements.fr

Les actualités de l'épargne et du patrimoine

Découvrez les dernières actualités