Recevez une
documentation
par courrier

Raphaël Elmaleh (Keren Finance) : « Beaucoup de voyants économiques sont au vert »

Les épargnants ne sont pas restés insensibles aux performances de Keren Patrimoine. Raphaël Elmaleh nous explique ses choix d’investissement.

Achevé de rédiger le 29/11/2017

raphael elmaleh gérant

Achevé de rédiger le 29/11/2017

Keren Patrimoine fait partie de la catégorie des « fonds diversifiés flexibles ». Géré par Raphaël Elmaleh, fondateur de la société de gestion Keren Finance, cet OPCVM peut faire varier son exposition aux différentes classes d’actifs en fonction des convictions du gérant. Une liberté qui lui laisse également la possibilité de s’adapter rapidement aux grandes tendances du marché. Pour toutes ces raisons, ce fonds « patrimonial » s’adresse avant tout aux investisseurs souhaitant dynamiser leur épargne de façon prudente.

mes-placements.fr. Il existe un très grand nombre de fonds diversifiés flexibles sur la place. Quelle est la valeur ajoutée du fonds Keren Patrimoine ?

Raphaël Elmaleh. Deux éléments sont à mettre en avant.

D’une part, notre fonds peut être investi entre 65 % et 100 % en produits obligataires. Nous sommes capables de nous positionner sur les devises, sur les obligations les mieux notées et donc les moins risquées (Investment Grade) mais surtout sur les obligations à haut rendement, moins bien notées mais plus rémunératrices (High Yield). Notre spécificité est de pouvoir investir sur le high yield quand nos concurrents sont principalement sur l’investment grade.

D’autre part, notre fonds a la possibilité de profiter de la performance des marchés boursiers en étant investi jusqu’à 35 % en actions françaises et européennes, selon une approche fondamentale et contrariante. Nous nous intéressons donc aux entreprises délaissées par les marchés.

Un titre obligataire apprécié par Raphaël Elmaleh : « CMA CGM 7,75% 2021. C’est l’un des leaders mondiaux du transport maritime. L’entreprise profite de l’excellent travail du management et d’une meilleure exploitation de ses navires.»

mes-placements.fr. Keren Patrimoine est actuellement investi à hauteur de 30 % en actions. Pensez-vous changer vos positions au cours des prochaines semaines ?

Raphaël Elmaleh. Nous sommes positifs sur les actions. Cela ne me déplairait pas d’être encore plus investi. La problématique est simple : trouver des titres à un prix attractif. Il faut reconnaître que les valorisations sont actuellement élevées. Dès qu’une entreprise publie des résultats décevants, elle est fortement sanctionnée, ce qui traduit bien que les marchés ont une valorisation tendue. Nous devons donc être très vigilants sur le choix des valeurs.

mes-placements.fr. Sentez-vous de l’inquiétude chez les investisseurs ?

Raphaël Elmaleh. On perçoit un peu d’appréhension en raison des incertitudes sur les réformes fiscales menées par Donald Trump aux États-Unis, sur la solidité du marché obligataire ou encore sur les événements politiques en Catalogne.

Une action sur laquelle Keren Patrimoine est investi : « Kering, groupe mondial de luxe détenant les marques Puma, Saint Laurent, Gucci. L’entreprise dispose d’un portefeuille de marque à fort potentiel et bénéficie de fondamentaux favorables au secteur du luxe.»

mes-placements.fr. Ce n’est pas tentant de vendre certaines actions qui ont fortement monté ces derniers mois ?

Raphaël Elmaleh. La question se pose évidemment, elle est légitime. Mais beaucoup de voyants économiques sont au vert. Des incitations fiscales vont perdurer dans certains pays. Les réformes structurelles menées en France devraient générer un climat favorable à l’investissement. Je pense notamment à la réforme code du travail. Les entreprises voient leurs bénéfices remonter. En plus, cette bonne dynamique de croissance profite aux trois grandes zones économiques : les USA, l’Asie et l’Europe. Oui, nous prenons des bénéfices sur certaines positions.


La question de l’expert

On a souvent reproché à Keren Patrimoine sa grande volatilité (6,32 % sur trois ans). Cela vous a-t-il amené à faire évoluer vos process de gestion ?

Raphaël Elmaleh. Il est vrai que nous avons souffert par le passé de notre volatilité. Depuis 2012, nous avons fait un important travail pour la réduire, le tout dans un environnement favorable. Nous avons réduit la duration de notre portefeuille obligations, opté pour des durées plus courtes. Nous avons également concentré nos investissements sur des dossiers bien maitrisés. Sur la partie investie en actions, nous avons privilégié des valeurs moins risquées, moins cycliques. On se montre également beaucoup plus réactif, en prenant nos profits plus rapidement qu’auparavant.

                            Retrouvez Keren Patrimoine sur notre contrat d'assurance-vie mes-placementsliberté

mes-placements.fr

mes-placements.fr

Les actualités de l'épargne et du patrimoine

Découvrez les dernières actualités