Recevez une
documentation
par courrier

OAT 10 ans à taux négatif : quelles conséquences sur votre assurance vie ?

Les taux obligataires négatifs vont peser sur le rendement des fonds en euros. Décryptage de ce qui attend les épargnants.

Achevé de rédiger le 03/07/2019

Difficile de passer à côté. L’information a trusté les Unes et pages d’accueil des médias financiers : la France se fait payer pour émettre de la dette sur les marchés financiers. Mardi 18 juin 2019, le taux de l’obligation assimilable du Trésor (OAT) 10 ans est tombé sous le seuil de 0%. Un symbole fort, qui s’inscrit néanmoins dans la continuité, puisque les obligations françaises de plus court terme se négociaient déjà à taux négatifs.

Pour les épargnants, le sujet est ailleurs. Les fonds en euros des assurances vie sont investis en partie (variable selon les fonds) dans des obligations souveraines, dont les obligations françaises. De quoi les interpeller, bien qu’il n’y ait pas lieu de paniquer. 

Pas de rendement négatif en 2019

Mécaniquement, les fonds en euros pâtissent de la baisse du rendement des obligations. La tendance n’est pas nouvelle : la performance des fonds en euros n’a cessé de péricliter ces dernières années tandis que l’OAT 10 s’est installée sous le seuil des 2% depuis mars 2014. 

La corrélation entre taux de l’OAT 10 ans et performance des fonds en euros n’est cependant pas directe. Les fonds en euros sont traditionnellement investis à hauteur d’environ 40% en obligations souveraines, dont des obligations françaises.

En outre :

  • Les obligations françaises qui composent les fonds en euros n’ont pas été émises à un taux négatif et ne sont pas impactées par les variations de marché ;
  • Les assureurs ne vont pas avoir un appétit particulièrement développé pour les obligations à taux négatif.

Les performances des fonds en euros devraient encore reculer

Les craintes d’une perte en capital, en particulier pour les contrats monosupport investis intégralement en fonds en euros, peuvent donc être écartées. Néanmoins, l’effondrement des taux obligataires laissera des traces.

Plus précisément, les stocks d’obligations contenus dans les fonds en euros vont servir une performance extrêmement limitée dans les années à venir. Car une fois intégrées dans le fonds, les obligations influencent le rendement servi jusqu’à leur échéance. Cela signifie que les obligations à taux négatif placées dans les fonds en euros continueront à peser sur leurs performances dans les années à venir. Deux raisons expliquent cela :

  • Les anciennes obligations détenues dans les fonds en euros qui arrivent à échéance doivent être « remplacées » par de nouvelles ;
  • Les assureurs qui connaissent une collecte positive sont soumis à une obligation de réemploi de l’épargne collectée.

Même si les assureurs ne devraient pas se précipiter pour acheter des obligations « payantes » et disposent d’alternatives comme les obligations privées, le rendement des fonds en euros devrait donc continuer à diminuer. Déjà tombé à 1,8% en moyenne pour 2017 et 2018, il devrait fondre encore un peu plus à l’avenir. Il pourrait ainsi s’établir durablement autour de 1%, et en-dessous de l’inflation, dans les années à venir.

A savoir : Tous les fonds en euros ne servent pas les mêmes performances aux épargnants. Il est notamment possible de trouver des fonds plus rémunérateurs que ceux proposés par les enseignes traditionnelles de la banque et de l’assurance auprès de plateformes spécialisées, notamment sur Internet.

Pour connaitre la performance de nos fonds en euros

L’essentiel à retenir

Le basculement du taux d’emprunt de la France sur 10 ans dans le négatif peut susciter au premier abord de l’inquiétude chez les détenteurs d’un contrat d’assurance vie. A cet égard, il est important de rappeler que :
  • Les fonds en euros des assurances vie ne sont pas intégralement constitués d’obligations souveraines, et à plus forte raison d’obligations françaises ;
  • Le taux actuel de l’OAT 10 ans ne change pas la rémunération des actifs obligataires qui composent déjà les fonds en euros.
S’il n’y a pas lieu de paniquer, les épargnants particulièrement exposés aux fonds en euros doivent prendre des mesures pour échapper à de nouvelles baisses de rendement :
  • Les détenteurs d’un contrat monosupport 100% fonds en euros doivent en changer, via l’ouverture d’un nouveau contrat ou un transfert Fourgous ;
  • Les titulaires d’un contrat multisupport doivent, selon le mode de gestion retenu, se rapprocher de leur gestionnaire pour recalibrer l’allocation de leur épargne si nécessaire ;
  • Dans tous les cas, les changements apportés doivent correspondre à l’épargnant et à son profil.

Pour en savoir plus sur nos contrats d'assurance-vie

mes-placements.fr

Les actualités de l'épargne et du patrimoine

Découvrez les dernières actualités