Recevez une
documentation

EOS Allocations : Quels fonds pour les semaines à venir?

Retrouvez le point de vue marché de notre partenaire EOS Allocations, spécialiste en allocation d'actifs indépendant concernant la baisse des marchés.

Achevé de rédiger le 26/03/2020

Les commentaires et analyses ci-dessous reflètent uniquement le sentiment d'EOS sur les marchés, leur évolution compte-tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de la part d'EOS Allocations et/ou de mes-placements.fr.

Les marchés ont fortement dévissé et commencent à se stabiliser. A ce stade, il n’est pas du tout acquis que la volatilité ne continue pas à être élevée pour les semaines à venir et il est difficile de savoir si nous avons atteint un point bas. Cela étant dit, de plus en plus de clients demandent comment revenir sur les marchés. EOS Allocations à donc sélectionné des fonds qui pourraient tirer leur épingle du jeu dans les mois à venir. Nous avons sélectionné des fonds largement référencés dans les contrats d’assurance vie.

6 thématiques qui ont fortement baissé et qui pourraient rebondir :

  • Carmignac Pf Commodities : investir sur le rebond des matières premières et notamment du pétrole
  • Oddo BHF European Banks ou Axiom Equity : investir sur les valeurs bancaires qui ont été massacrées
  • EDR US Value ou Fidelity America : investir sur le « value » US.
  • Mainfirst Top European Ideas ou plus classiquement Centifolia : investir sur le « value » Europe qui a fortement souffert sur ses composantes cycliques et financières
  • Les foncières cotées via Axa Aedificandi ou Allianz Foncier et même pour le plus impacté, car détenant une large sur pondération sur les centres commerciaux, Immobilier 21. Cette thématique « défensive » a été balayée par la baisse. Les niveaux de décotes et de dividendes (vont-ils durer ?) sont importants
  • Ou tout simplement un tracker CAC40 X 2 comme celui d’Amundi ou de Lyxor (tous deux PEAbles)


5 fonds qui n’ont pas beaucoup baissé en relatif mais qui pourraient profiter des changements sociétaux post coronavirus :

  • Franklin Biotech Discovery (Monde) ou Pluvalca Inno Santé (Europe): investir sur la santé et surtout les biotechs qui pourraient profiter de l’afflux d’investissements publics et privés
  • Il semble qu’il y aura un après coronavirus dans la digitalisation de l’économie comme nous pouvons tous le voir avec le développement du télétravail, nos commandes Amazon ou autre C Discount ou nos abonnements Netflix
    • Pictet Digital
    • AXA IM Framlington Digital Economy
    • Echiquier Artificial Intelligence

Mais les fonds actions ne sont pas les seuls à pouvoir profiter de la hausse. N’oublions pas qu’en 2009, les fonds d’obligations d’entreprises High Yield sont les fonds qui ont le plus rebondi, devant les fonds actions. Attention, tous les fonds obligataires ne se ressemblent pas. Beaucoup de fonds affichent des taux de rendement actuariels entre 8 et 15% mais sont notés B. Attention, il y aura de la casse. Toutefois, il est clair qu’à ces niveaux, l’investisseur commence à être payé pour le risque. Sans aller sur ces niveaux de risque, des fonds qui avaient été oubliés depuis longtemps car trop prudents et donnant un taux de rendement négatif, net de frais de gestion, retrouvent de l’intérêt. En effet, sur des fonds très majoritairement « investment grade » (70 à 80%) on retrouve des taux de rendement proches de 4 à 5%. Les fonds prudents retrouvent de l’intérêt. L’objectif de ces deux typologies n’est pas du tout le même.

2 fonds largement « high yield » qui ont fortement souffert et qui affichent des taux de rendement très élevés (>10%) :

  • Tikehau 2022
  • Fidelity European High Yield Fund

3 fonds obligations d’entreprises « « « défensifs » » » c’est-à-dire majoritairement « investment grade » ou plus flexibles :

  • Carmignac Unconstrained Credit (plus flexible que défensif)
  • R-Co Conviction Credit Plus
  • Echiquier Credit SRI Europe avec en prime une approche ISR


Et enfin pour ceux qui ne voudraient pas du fonds Euro mais qui cherchent des fonds pouvant s’en sortir dans des marchés qu’ils anticipent compliqués, voici :

5 fonds qui ont réussi à avoir des performances positives ou légèrement négatives dans ces marchés :

  • Nordea Alpha 10 MA : un mix entre actifs défensifs et actifs porteurs.
  • M&G Global Macro Bonds : un fonds positionné en mode « fin du monde » mais capable de saisir des opportunités.
  • JPM Global Macro Opportunities : un fonds très flexible qui utilise largement ses bornes d’allocation.
  • Ouessant : l’IA non pas comme thématique d’investissement mais comme moteur de choix d’allocation.
  • Candriam Diversified Futures : un fonds suiveur de tendance capable de prendre la hausse comme la baisse si la tendance est claire.

Bien entendu, une addition de fonds ne fait pas une allocation d’actifs.

Focus sur H2O Asset Management

Les fonds H2O ont connu de fortes baisses pouvant aller jusqu’à -50% pour les fonds les plus exposés. Nous entendons beaucoup de conseillers craindre le pire pour ces fonds (accélération de la baisse et fermeture des fonds pour illiquidité).

Voici les réponses que nous pouvons apporter :

  • La crise actuelle sur ces fonds n’a strictement rien en commun avec la crise de liquidité de juin. A ce stade nous n’avons pas d’information sur des flux massifs de sortie comme en juin. Nous entendons plutôt des conseillers qui profitent de la baisse pour se renforcer. De plus, les fonds traitent sur des actifs ultra liquides (sauf les obligations qui ont fait l’actualité en juin). Les fonds ont su prouver en juin que la liquidité n’était pas un problème alors même que la baisse d’encours a été massive.
  • Les pertes peuvent entièrement être expliquées par les mouvements de marché et le levier utilisé sur les positions. L’écartement des taux entre l’Italie et l’Allemagne (sensibilité proche de 20 sur Multibonds), la forte baisse du dollar (exposition dollar >200% dans Allegro et Multibonds), la sensibilité négative sur les taux US (-10 sur Multibonds) et, sur la partie actions, la forte sur pondération sur un long value (dont financières) et short croissance/qualité expliquent à minima 80% de la baisse. En somme, c’est un accident de marché totalement explicable par les positions prises par le fonds.
  • Si le marché venait à aller encore plus à contre-courant des positions d’H2O, il pourrait y avoir un problème puisque la gestion a pour habitude de tenir ses positions. L’effet de levier et les appels de marge pourraient alors faire des dégâts supplémentaires.

Plusieurs enseignements doivent être tirés de cette expérience :

  • Oui les fonds H2O sont comme de la nitroglycérine. Si on en met avec parcimonie dans le moteur cela aide à le booster. Si on l’utilise en trop grande quantité et sans raison garder, cela peut provoquer des accidents. Il en va de même dans le portefeuille. En avoir pour des proportions mesurées dans les portefeuilles reste une diversification intéressante. En avoir 40%-50% comme nous le voyons dans certains portefeuilles est un non-sens en termes de construction de portefeuille.
  • Oui ces fonds utilisent l’effet de levier et amplifient donc certaines phases de marché, à la hausse comme à la baisse, la gestion ne s’en est jamais cachée. Ces fonds sont performants mais risqués même pour des fonds comme H2O Adagio (-9% au 10/03). De la performance sans le risque, ça n’existe pas.   Avec un fonds comme Multibonds, qui affiche une performance annualisée proche de +20% sur les 5 dernières années, il est logique de s’attendre à des trous d’air de l’ordre de -30 à -50%. L’inverse porterait à suspicion. Il faut donc respecter l’horizon d’investissement et le profil de risque du client.
  •  La diversification à l’intérieur de la gamme H2O est minime. Il y a chez H2O deux grandes expertises : les taux et devises via H2O Multibonds et les actions via H2O Multiequities. Mixer ces deux fonds peut se comprendre et c’est d’ailleurs ce qui est fait au travers de Multistratégies et Moderato. En revanche, empiler tous les fonds de la gamme en espérant une diversification n’a pas de sens. Tous dépendent du même scénario

En conclusion :

Nous gardons confiance sur la gestion effectuée par Bruno Crastes. La gestion a connu un accident de marché mais cette volatilité est dans l’ADN des fonds H2O. Bruno Crastes n’a de cesse de répéter que ce qui compte ce n’est pas le chemin (i.e. la volatilité) mais le point d’arrivée (i.e. la performance). Toutefois il faut garder ces fonds bien spécifiques dans les proportions actuelles conseillées dans les portefeuilles soit de l’ordre de 5 à 10%. Ni plus, ni moins.

EOS Allocations

Important
Contrairement aux fonds en euros à capital garanti (brut de frais de gestion), les Unités de Compte (SICAV, FCP, SCPI, SCI, OPCI, EMTN, Trackers, Titres Vifs, FCPR...) et les mandats dans le cadre d'une gestion pilotée ne garantissent pas le capital versé et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers et immobiliers à la hausse comme à la baisse. L'assureur s'engage sur le nombre d'Unités de Compte et non sur leur valeur qu'il ne garantit pas. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. Par conséquent nous vous recommandons de prendre connaissance des documents réglementaires (prospectus, DICI, DIS...) avant toute décision d'investissement


mes-placements.fr

Les actualités de l'épargne et du patrimoine

Découvrez les dernières actualités