Recevez une
documentation
par courrier

5 choses à savoir pour choisir la meilleure assurance-vie

L’assurance-vie est un des meilleurs outils d’épargne et de transmission. Elle constitue une composante incontournable à toute stratégie patrimoniale.

Achevé de rédiger le 23/04/2019


L’assurance-vie bénéfice d’un cadre juridique et fiscal avantageux. Elle permet de répondre à des objectifs variés : faire fructifier son épargne en toute sécurité, diversifier ses placements sur les marchés financiers ou immobiliers, préparer sa succession en optimisant sa fiscalité, se constituer un complément de revenus pour la retraite… Par ailleurs, elle offre certaines garanties à long terme.

1- L’assurance-vie : un placement souple et disponible

L’assurance-vie est un produit d’épargne accessible, moyennant un versement de départ de seulement quelques dizaines d’euros. Par la suite, l’épargnant peut alimenter son contrat à son rythme en fonction de sa capacité d’épargne régulière ou ponctuelle. Ainsi, il peut aussi mettre en place des versements programmés s’il souhaite s’imposer un effort d’épargne régulier.

L’argent investi en assurance-vie est récupérable à tout moment. L’épargnant peut procéder à des retraits partiels ou à un retrait total quand il le veut, quel que soit le type de supports choisi (en euros ou en unités de compte).

2- L’assurance-vie : une fiscalité avantageuse

Les gains générés par l’assurance-vie (intérêts, dividendes ou plus-values) échappent à l’impôt s’ils restent investis dans le contrat. En revanche, en cas de retrait, l’épargnant est imposé à l’impôt sur le revenu ou à un taux forfaitaire dépendant de l’ancienneté du contrat. Ainsi, plus le contrat est ancien, moins ils sont imposés. À partir de la 8ème année, ils sont exonérés d’impôt à hauteur de 4 600 € par an (le double pour les couples).

Les gains rachetés de l’assurance-vie sont soumis aux prélèvements sociaux au taux global de 17,2%. Les intérêts des fonds en euros y sont soumis chaque année lors de leur versement, les revenus générés par les fonds en unités de compte uniquement en cas de retrait.

Le capital versé au bénéficiaire de l’assurance-vie au décès de l’assuré est exonéré d’impôt à hauteur de 152 500 €. Au-delà, les sommes transmises sont soumises à un prélèvement forfaitaire de 20% puis de 31,25%. Les sommes placées en assurance-vie après 70 ans ne bénéficient pas de cette fiscalité avantageuse. Elles sont soumises aux droits de succession au-delà de 30 500 €.

L’assurance vie constitue surtout le meilleur outil de protection du conjoint car le capital transmis à l’époux ou au partenaire de pacs désigné bénéficiaire est intégralement exonéré d’impôt, quel que soit son montant. Les sommes qu’il reçoit ne supportent ni prélèvement forfaitaire ni droits de succession.

3- L’assurance-vie : un fonds en euros à capital garanti

L’assurance-vie offre aux épargnants réfractaires au risque un support d’épargne idéal : le fonds en euros. À capital garanti, ce fonds est totalement sécurisé et les avoirs placés ne peuvent pas diminuer. Mieux, les intérêts générés chaque année sont capitalisés pour devenir à leurs tours productifs.

Le rendement moyen des fonds en euros de l’assurance-vie baisse régulièrement. Cependant, les meilleurs contrats, dont ceux de mes-placements.fr, ont servi un rendement compris entre 2% et 2,5% (nets de frais de gestion, bruts de prélèvements sociaux ) en 2018, selon les chiffres publiés par les assureurs vie depuis janvier 2019. L’assurance-vie en euros reste aujourd’hui le produit d’épargne sécurisé le plus performant, loin devant les Livrets réglementés comme le Livret A plafonnant à 0,75 %.

4- L’assurance-vie : un outil de diversification

Pour booster les performances de leur épargne, les titulaires d’un contrat d’assurance-vie peuvent l’investir sur les marchés financiers ou immobiliers. On l’appelle alors : contrat d’assurance vie multisupports. Pour une réelle diversification, privilégier les contrats proposant des supports tels que les SCPI, OPCI et SCI pour l’immobilier ; des ETF (trackers) ; des titres vifs (actions) ou FCPR pour investir dans l’économie réelle.

Sans capital garanti, les fonds en unités de compte ne protègent pas l’épargne investie. En revanche, ils offrent des perspectives de rendement à moyen ou long terme plus élevé. Ces supports permettent de diversifier ses placements pour profiter du dynamisme de l’économie. Ils séduisent de plus en plus d’épargnants. Ils y ont placé 39,5 milliards d’euros en 2018, un montant jamais atteint auparavant selon la Fédération Française de l’Assurance (FFA).

5- L’assurance-vie : une gestion libre ou pilotée

Les épargnants peuvent gérer eux-mêmes leur épargne placée en assurance-vie, choisir les supports en unités de compte dans lesquels investir et décider des arbitrages nécessaires à réaliser en fonction de leur évolution. Cette gestion libre peut être encadrée par la souscription d’arbitrages automatiques permettant de sécuriser ses gains ou de limiter ses pertes. Toutefois, elle est réservée aux personnes ayant un minimum de connaissances des marchés financiers et du temps à consacrer à leurs placements.

Les autres peuvent déléguer la gestion de leur contrat d’assurance-vie à leur établissement financier. La plupart d’entre eux proposent des contrats à gestion pilotée. Selon le niveau de risques souhaité et l’horizon de placement envisagé, l’épargnant peut opter pour une gestion prudente, équilibrée ou dynamique de ses avoirs. Le gestionnaire du contrat se charge ensuite d’ajuster la répartition des actifs entre les différentes classes d’actifs proposées (monétaire, obligataire, actions). La gestion profilée permet de prendre un risque mesuré en rapport avec ses objectifs sans avoir à s’interroger sur la gestion de son épargne.


L’essentiel à retenir

L’assurance-vie est le placement idéal pour faire fructifier une épargne sur des supports variés, avant de la récupérer ou la transmettre dans un cadre fiscal avantageux.

  • L’épargnant peut alimenter son contrat à son rythme en fonction de sa capacité d’épargne.
  • Les avoirs placés restent disponibles à tout moment.
  • Les gains générés par l’assurance-vie sont faiblement fiscalisés après 8 ans et le capital-décès versé au bénéficiaire du contrat échappe à toute imposition à hauteur de 152 500 €.
  • Les fonds en euros de l’assurance-vie sont plus performants que les autres placements sécurisés à capital garanti.
  • Les fonds en unités de compte de l’assurance-vie permettent de profiter du dynamisme des marchés financiers et immobiliers.

 L’épargnant peut gérer librement ses avoirs placés ou bénéficier de l’expertise de professionnels de la gestion d’actifs.


Découvrir nos contrats d'assurance vie

Important

Contrairement aux fonds en euros à capital garanti (brut de frais de gestion), les Unités de Compte (SICAV, FCP, SCPI, SCI, OPCI, EMTN, Trackers, Titres Vifs...) et les mandats dans le cadre d'une gestion pilotée ne garantissent pas le capital versé et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers et immobiliers à la hausse comme à la baisse. L'assureur s'engage sur le nombre d'Unités de Compte et non sur leur valeur qu'il ne garantit pas. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Par conséquent nous vous recommandons de prendre connaissance des documents réglementaires (prospectus, DICI, DIS...) avant toute décision d'investissement.

mes-placements.fr

Les actualités de l'épargne et du patrimoine

Découvrez les dernières actualités